Guillermo Forchino, des créations teintées d'humour et de finesse -
18277
post-template-default,single,single-post,postid-18277,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-1.0.4,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode_popup_menu_push_text_right,transparent_content,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-23.3,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.3.0,vc_responsive

Guillermo Forchino, des créations teintées d’humour et de finesse

Guillermo Forchino dans son atelier

Guillermo Forchino

Guillermo Forchino est un artiste argentin vivant en France, à Paris.

Ayant étudié à l’école des Beaux-Arts de Rosario en Argentine puis à l’université de Paris-Sorbonne, il se tourne très tôt vers la création de figurines proches de l’univers de la bande dessinée. Ses œuvres, réalisées en résine polyuréthane, mettent en scène des personnages drôles et insolites, à la limite de la caricature.

Ses œuvres sont acclamées dans le monde entier grâce à une collaboration avec VMM aux Pays-Bas avec qui M. Forchino a signé un accord exclusif pour faire créer des répliques de sa collection dans les mêmes moindres détails que les œuvres originales, en éditions limitées, sous sa supervision personnelle. Cette collection a été nommée «La bande dessinée de Guillermo Forchino». Avec le développement des répliques de l’art de Guillermo, ses créations sont devenues disponibles pour les amateurs d’art (et collectionneurs) dans de nombreux pays. Ses créations se retrouvent désormais dans une sélection de magasins de détail dans de nombreux pays du monde (dont le nôtre).

Chaque création est accompagnée d’un certificat d’authenticité, numérotée et accompagnée d’un petit livret racontant l’histoire du personnage.

Vous pourrez découvrir l’intégralité de ses œuvres sur son site forchino.com et nous vous en donnons un petit aperçu ci-dessous, que vous pourrez retrouver sur notre boutique en ligne.

 

La Big Boss Limousine, Guillermo Forchino, ref FO85085

La Big Boss Limousine

Une majestueuse limousine avançait lentement au milieu de la circulation chaotique de Wall Street. Perkins, le chauffeur de M. Goldsilver, mit de la musique classique sur l’autoradio, activa le mécanisme de massage automatique de la banquette arrière et une senteur d’acajou se répandit dans l’habitacle. “Monsieur désirerait-il autre chose ? ” demanda calmement Perkins.

M. Goldsilver se servit un verre de cognac millésime 1981, chercha sur sa tablette le cours du NASDAQ, vit que ses actions avaient gagné 5,3 %, s’alluma un havane et répondit : “ Non, merci, Perkins, j’ai tout ce qu’il me faut “ .

Le sens du devoir, réalisé par Guillermo Forchino- ref 85067

Le sens du devoir

Gustavo Lopez venait d’entrer dans l’armée en tant que simple soldat. A cinq heures du matin, le son strident du clairon retentit appelant à former les rangs. « La mascotte de notre chef est en danger », hurla la Caporal en mâchant du chewing-gum. « Il nous faut passer derrière les lignes ennemies pour sauver le perroquet du Général, qui s’est échappé de sa cage. Il en va de notre honneur », insista-t-il. « Il nous faut sauver ce pauvre animal des griffes impitoyables des ces cruels ignorants, et peu importe si nous y laissons la vie, l’important c’est d’accomplir notre devoir ! Vive la Patrie ! ». « Vive la Patrie ! » répondirent-ils tous en chœur. Le soldat Lopez avala sa salive, sentit battre ses tempes, sa vision se troubla, son estomac fit un drôle de bruit et deux grosses gouttes de sueur coulèrent sur son front.

Ford mustang 65, réalisé par Guillermo Forchino- ref 85079

Ford Mustang 65

Grâce à sa nouvelle Ford Mustang de collection, Charly était certain que la belle Ellen accepterait son invitation à aller se promener sur les falaises de la côte, un endroit idéal pour la séduire. Il arrêta la voiture en bordure de mer et de son bras entoura les épaules d’Ellen. La jeune femme le regarda tendrement et tous les deux échangèrent un baiser passionné. Le Big-Bang à l’origine de l’univers ne fut rien comparé à ce que ressentit Charly à ce moment-là. Le rouge écarlate que les lèvres d’Ellen laissèrent sur sa joue était le meilleur trophée qu’il pouvait montrer à ses amis. En plus, ce rouge allait parfaitement avec la couleur de sa décapotable et c’était la couleur de son équipe de foot préférée. Une journée parfaite.

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire